Plantons d’abord le décor :
Quel lien entre troubles du comportement alimentaire et émotions ?
Ce n’est pas un scoop, émotions, affection et alimentation sont indéniablement en lien.
L’aliment sert souvent à remplir, à amortir, à apaiser, à consoler, à étouffer une émotion désagréable ou des circonstances de vie difficiles. Il s’agit donc d’une réponse adaptative à la difficulté de gérer ses émotions.

Les émotions peuvent tout aussi bien être déclenchées par des pensées et des ruminations que par une situation concrète. 

Les troubles du comportement alimentaire sont par conséquent illustratifs de ces montagnes russes émotionnelles auxquelles on tente d’échapper à travers la nourriture. Les crises d’hyperphagie, les grignotages à répétition et la boulimie émergent alors pour tenter de neutraliser ou fuir ce désordre émotionnel.

Monopolisée par cette « addiction », la personne met temporairement ses autres soucis de côté. Son focus est dévié sur la nourriture et sur les conséquences qu’une crise peut engendrer. Pendant tout ce processus, les autres problèmes passent au second plan. Si le comportement se répète, un conditionnement bien rodé s’installe et à chaque fois que nous sommes confronté(e)s à des émotions trop fortes, agréables ou désagréables, le processus s’enclenche comme un mode automatique.

 

HP et émotions, le point sur la question

Rappelons tout d’abord qu’il y a autant de variétés de HP que de non-HP. Toute personne hypersensible n’est pas nécessairement HP et tout HP n’est pas automatiquement hypersensible. Néanmoins, la majorité d’entre eux témoignent de cette difficulté à nommer et à gérer leurs émotions.

 

Qu’est-ce qui se joue ?

Premièrement, les personnes à haut potentiel ont généralement tendance à capter plus intensément les choses dans leur environnement. Elles sentent davantage l’impact direct de leurs émotions.

Deuxièmement : le système cognitif a l’art de démarrer au quart de tour. C’est alors qu’un magnifique questionnement se met en route : un questionnement sur le pourquoi de leur ressenti, un questionnement sur ce que l’autre a voulu dire réellement, un questionnement sur l’humain, un questionnement sur leurs réactions (ont-elles été appropriées ou non ? )…Bref, un feu d’artifice enclin à brouiller les pistes et à amplifier le côté anxiogène de la situation vécue.

Pris dans ce traitement cognitif, la personne aura d’autant plus de difficulté à nommer clairement ses émotions. Bien sûr, tout individu est influencé par son système de pensées, mais la personne HP voit ce système prendre une ampleur considérable. Et comme son imagination et sa réflexion peuvent l’emmener très loin, la vague émotionnelle peut, par la même occasion, durer beaucoup plus longtemps que chez une personne non HP.

 

Nous nous retrouvons alors avec la séquence suivante :

  • Une émotion de départ plus intense.
  • Un traitement cognitif de cette émotion et de la situation qui amplifie le tout.
  • Une imagination pouvant aller tellement loin, que l’intensité émotionnelle peut perdurer dans le temps.

Rappelons-nous aussi que si les personnes HP ont les armes nécessaires pour comprendre intellectuellement ce qui se passe, elles n’ont pas toujours les outils appropriés pour le gérer sur le plan affectif. Ce sont donc les aspects d’hyperempathie et d’hypersensibilité qui peuvent conduire les personnes HP à se réfugier dans des troubles du comportement alimentaire. Si la personne HP dispose souvent de ce don de « sentir » ce que les autres vivent et de percevoir plus rapidement ce qui se passe dans son environnement, ce don a aussi son revers.

Les émotions des autres sont absorbées et c’est un peu comme s’il était à la place de l’autre. Seulement voilà, à force d’éprouver toute une série d’éléments provenant de l’extérieur, il a parfois beaucoup de mal à s’en détacher et à prendre du recul ! Tous ces stimuli finissent par envahir la personne HP qui ne sait plus comment situer le « soi » par rapport aux autres. In fine, les émotions et les sensations internes personnelles deviennent confuses, et le sentiment d’exister en tant que personne propre s’amenuise. L’individu est bombardé par cet extérieur et une fois seul, il est peut-être confronté soudainement à une sensation de vide.

Entre un vécu extérieur phagocytant et un vécu intérieur proche du néant, les compulsions alimentaires trouvent une place de rêve ! Manger devient l’occasion de percevoir son propre corps, ses propres sensations et d’être rempli(e) de quelque chose !  Le corps existe à nouveau…On existe donc à nouveau… Il reste évident que les effets sont éphémères et que le prix à payer est souvent douloureux. Mais sur le coup, manger permet de renouer avec soi.

En même temps, comme l’extérieur est perçu comme intense, la personne HP aura parfois tendance à remplir encore et encore sa vie de stimuli pour échapper à ce vide intérieur qui la ronge. D’où un rythme de vie particulièrement soutenu.

Tant que l’individu est hyperactif, il se donne à fond et oublie le reste : le temps file, des repas peuvent être sautés, la fatigue et la douleur sont aisément niées…La personne fonctionne à du 200 km/heure et s’investit énormément dans ce qu’elle fait.

La question de manger ne se pose alors pas…Pas encore !

Évidemment, l’organisme ne peut tenir longtemps à cette vitesse-là ! Les périodes d’hyperactivité vont ainsi s’alterner avec des périodes où tout chavire : l’individu aura du mal à bouger, il sombrera dans les compulsions alimentaires (ou autres addictions), il se sentira épuisé et amorphe. Si bien que pour beaucoup, le soir, quand le boulot s’arrête, quand la confrontation aux éléments extérieurs s’estompe, quand le « soi » devient confus, la nourriture va jouer son rôle…Manger sans compter va alors avoir une fonction « libératoire », du moins dans un premier temps.

La personne hypersensible se sent ainsi prise entre deux feux : un monde externe en partie perçu comme menaçant et où l’on s’oublie, et un monde interne vide de toutes substances vitales.

 

On pourrait résumer les choses comme suit :

« Trop de proximité avec les autres me bouffe, trop de distance et je bouffe »

Dans le cas de l’hyperphagie, la prise de poids va par la même occasion engendrer une distance symbolique entre soi et l’autre. Les kilos forment ainsi une bulle protectrice, une sorte de coussin pour amortir tout ce qui vient de l’environnement.

Pour s’en sortir, tout l’enjeu sera de trouver la juste distance entre l’autre et soi.

La personne devra apprendre à se détacher de tout ce qu’elle perçoit. Ressentir, elle ne pourra pas s’en empêcher ; ce qu’elle va devoir trouver, ce sont des outils pour, ensuite, prendre distance avec ce qu’elle a absorbé, des stratégies pour pouvoir prendre du recul et prendre conscience de ses propres besoins. Un équilibre sera à trouver entre le dedans et le dehors. Le travail sera d’accéder à une consistance propre au travers de ses qualités, de ses ressources plutôt que de laisser la nourriture nous donner cette consistance.

 

Article écrit par Florence Bierlaire, oratrice du congrès 2016 et 2017  

www.toutestpossible.be

 

Inscrivez-vous
VOTRE PRÉNOM
VOTRE E-MAIL
Vos informations sont confidentielles et votre e-mail ne sera pas transmis à d'autres personnes.
Congrès Douance 2016
Votre inscription est confirmée !
Vérifiez votre boite e-mail.
Une confirmation vous y attend !

SPAMS ou PROMOTION : vérifiez votre boite e-mail “spam” si vous ne recevez pas la confirmation.
Utilisateurs de Gmail : vérifiez les différents onglets “Promotions • Notifications…” + déplacer le message reçu dans "boite de réception" pour continuer à recevoir nos messages.
Votre inscription est confirmée !
C'est votre 1ère inscription ? Vérifiez votre boite e-mail.
Une confirmation vous y attend !

Si vous étiez inscrit en 2016 ou en 2017 : vous êtes systématiquement inscrit pour les informations à venir (vérifiez votre boite mail, vous allez recevoir régulièrement des informations)

SPAMS ou PROMOTION : vérifiez votre boite e-mail “spam” si vous ne recevez pas la confirmation.
Utilisateurs de Gmail : vérifiez les différents onglets “Promotions • Notifications…” + déplacer le message reçu dans "boite de réception" pour continuer à recevoir nos messages.
Vos informations sont confidentielles et votre e-mail ne sera pas transmis à d'autres personnes.
Oui, informez-moi de vos futures initiatives !